histoire de la bulle

01. genèse du projet collectif 

à paris, les associations lgbtqi+ souffrent d’un déficit d’espaces accessibles pour se réunir, ce qui pose un frein à la mise en place de certaines de leurs activités. si les associations encore jeunes ne peuvent espérer disposer d’un local en propre et manquent de ressources financières pour louer des salles de réunion, les associations plus établies sont également contraintes par les coûts élevés de l’immobilier parisien. 

pour s’engager dans le tissu associatif parisien, le déploiement d’un ensemble de stratégies, pour trouver des espaces à travers toute la ville, devient une nécessité. ces réalités aboutissent à un éparpillement des actions, une grande confusion pour les publics et une perte de temps pour les bénévoles des associations. elles ne sauraient donc être ignorées. 

partant de ce constat, les associations ANKH, ARDHIS, Espace Santé Trans, FLIRT – Front Transfem, OUTrans, Wassla, et XY Média ont réfléchi à la mise en place d’un cadre plus épanouissant pour le développement de leurs activités. cette réflexion a abouti à la création d’un local interassociatif, dédié à l’entraide concrète et au soutien des personnes lgbtqi+ les plus fragiles. 

02. la ville de paris, partenaire-phare du projet 

pendant ce temps, la ville de paris a rendu disponible un espace de 520 mètres carrés, auparavant investi par la bibliothèque historique, puis transformé en centre de vaccination durant la crise sanitaire liée au covid-19. à l’initiative de madame anne hidalgo, la maire de paris, et avec le soutien de son adjoint en charge des droits humains, de l’intégration et de la lutte contre les discriminations, monsieur jean-luc romero michel, les anciennes galeries de la bibliothèque historique ont été attribuées aux sept associations. cet espace deviendra par la suite la bulle – maison des solidarités lgbtqi+. 

c’est ainsi qu’est née l’association de gestion du local interassociatif lgbtqi+ du 22 rue malher (aglil22m), en février 2022, dont la mission est entièrement consacrée à la gestion et la coordination de la vie inter-associative du local. le 14 septembre 2022, une convention d’occupation temporaire du domaine public est signée entre la ville de paris et l’aglil22m.

à partir de novembre 2022, une partie des espaces de ce local a été rendue accessible, bien que de manière partielle, en raison de nombreux travaux requis pour les mettre aux normes. en février 2023, une phase de travaux a été entreprise sous la supervision d’un cabinet d’architectes, comprenant le renforcement du réseau électrique, la division des salles, la peinture des murs et l’insonorisation des espaces. 

le mardi 16 mai 2023,  le local est officiellement inauguré. la cérémonie d’ouverture s’est tenue en présence des partenaires de la bulle, issu·es de l’écosystème institutionnel, associatif et professionnel de la lutte contre les discriminations. parmi les invité·es, nous avons pu compter le premier adjoint à la mairie de paris, émmanuel grégoire, le maire de paris-centre, ariel weil, l’adjoint à la maire de Paris en charge des droits humains, de l’intégration et de la lutte contre les discriminations, jean-luc romero michel, le conseiller à la lutte contre la haine et les discriminations anti-lgbt à la dilcrah, yohann roszéwitch et son adjointe, léovanie das.

03. vers la création d’une maison des solidarités lgbtqi+  

la bulle est désormais identifiée par les publics concernés et les personnes qui souhaitent les accompagner, comme un lieu-ressource au sein duquel on peut trouver informations et aides. de surcroît, elle met à disposition un espace non marchand, bienveillant et sécurisant, dans l’espoir de contribuer activement à lever les difficultés d’accès à des lieux de convivialité souvent onéreux et excluants. 

très concrètement, le local s’étend sur deux niveaux. le premier, le rez-de-chaussée, s’ouvre généreusement sur la rue. c’est avant tout un espace d’accueil où les publics peuvent patienter avant leur rendez-vous, parcourir une sélection d’ouvrages, accéder à la documentation disponible, ou tout simplement se détendre dans un cadre sécurisant. deux espaces de bureaux, l’un fermé et l’autre en open space, fournissent un environnement de travail agréable pour les bénévoles et les salarié·es qui animent le lieu. 

le deuxième, situé au sous-sol, comprend des bureaux et des box où se déroulent des entretiens individuels, en toute confidentialité, tels que l’aide sociale, l’écoute psychologique ou l’accompagnement à la demande d’asile. de plus, deux grandes salles de réunions sont consacrées aux activités collectives, allant de réunions de travail, formations, cours à d’autres moments d’échange en petits comités. quant aux activités plus conséquentes et/ou ouvertes au grand public, elles se déploient dans l’espace du forum, toujours à l’étage du -1, dans des conditions adaptées. la configuration modulaire et les équipements adaptés de ce dernier permettent la tenue de groupes de paroles, de débats et de conférences, ainsi que de projections de film ou tout autre type d’activités culturelles et festives.

Enfin, un studio multimédia est également aménagé au sous-sol, dédié aux activités de production du média en ligne transféministe XY Média et mutualisable avec les 6 autres associations afin de soutenir leurs actions de communication et formation.