associations fondatrices

sept associations mutualisent espaces, compétences et permanences 

01

bien que de taille et d’ancienneté variables, les associations fondatrices de la bulle ont toutes développé une importante visibilité dans leur champ et de fortes compétences en direction de publics très spécifiques.

02

souvent constituées de personnes concernées, ces associations accompagnent des publics souvent à l’intersection de plusieurs discriminations ou exclusions (lgbtqi+phobies, racisme, précarité, sérophobie, sexisme).

03

elles bénéficient désormais d’un cadre propice pour se renforcer, créer de nouvelles synergies et continuer d’inventer des réponses concrètes, en matière de santé, d’accompagnement social, de soutien psychologique ou d’appui juridique.

liste des associations fondatrices

ANKH

Créée en 2018, l’association apporte un soutien aux minorités, notamment sexuelles et de genre, dans la région euro-méditerranéenne.

L’association propose des accompagnement pour les demandeur·euses d’asile LGBTQI+ issu·es du monde arabe, ainsi que des actions de soutien financier, légal, administratif, psychologique. Par ailleurs, elle mène des campagnes de plaidoyer sur les thématiques de genre et sexualités dans le monde arabe. Enfin, elle organise des événements artistiques et culturels.

ANKH compte une centaine de bénéficiaires directs dans une dizaine de pays, propose des événements qui rassemblent plusieurs centaines de personnes par an et est identifiée par communauté LGBTQI+ en général dans les pays concernés.

ARDHIS

Créée en 1998, L’Association pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et trans à l’immigration et au séjour (ardhis) a pour objet de faire reconnaître les droits au séjour et à l’asile des personnes lgbtqi+ étrangères.

La prise en charge de ces personnes comprend l’accompagnement dans la demande d’asile, l’ouverture des droits sociaux, l’accès aux soins, des groupes de parole et ateliers thérapeutiques, des cours de français et l’inscription dans un cadre de sociabilité LGBTQI+. 

L’ARDHIS est également un organisme de formation à destination des acteurs et actrices de l’asile (travailleurs·ses sociaux·ales, interprètes). Elle a obtenu la certification Qualiopi.

Reconnue d’intérêt général, elle aide chaque année 500 à 800 personnes LGBTQI+, dans leur demande d’asile ou leur demande de titre de séjour au motif de leur couple avec un ou une partenaire français·e. 

Espace Santé Trans

Créée en 2025, l’association mixte de personnes trans et de professionnel·les de santé a pour objectif de transformer l’accès à la santé pour les personnes trans en Île-de-France.

L’association travaille à deux niveaux : avec les personnes trans et en questionnement pour leur proposer un accompagnement communautaire et favoriser l’accès aux soins, ainsi qu’avec les professionnels et les institutions pour transformer de façon pérenne le paysage de l’accès aux soins. EST promeut le respect de la diversité des parcours, de l’autodétermination, l’accessibilité des parcours de soins notamment pour les personnes aux facteurs de vulnérabilité multiples (personnes exilées, précaires, en souffrance psychique) et la dépsychiatrisation des transidentités. 

Concrètement, l’association accompagne entre 400 et 450 bénéficiaires chaque année et forme et anime un réseau de 300 à 500 professionnel·les.

FLIRT – Front Transfem

Le collectif par et pour les femmes trans et personnes transféminines existe depuis 2020. Les statuts associatifs ont été déposés en 2022. 

Le FLIRT mène de nombreuses activités, parmi lesquelles on peut compter l’organisation d’un événement social hebdomadaire, la mise en place d’aides financières d’urgence pour des besoins vitaux (santé, nourriture, hygiène…), le financement de séances de suivi psychologique, ainsi que l’hébergement d’urgence dans des lieux de vie collectifs.

Par ailleurs, le collectif propose des ateliers de réduction des risques en hormonothérapie féminisante, ainsi que des formations pour professionnels de santé sur l’automédication dans la population transféminine. Des recherches sur les pratiques des injections d’œstrogènes sont également effectuées. Un accompagnement en physique est proposés aux personnes transféminines (non francophones, handi·es, personnes en demande d’asile…) dans leurs démarches médicales et administratives. Et enfin, le FLIRT effectue de la veille juridique et jurisprudentielle.

OUTrans

Une association féministe d’autosupport trans pour les personnes transmasculines, transféminines, non-binaires, en questionnement, et pour leurs allié·es cisgenres, issue de la communauté transmasculine.

Fondée en avril 2009 par des personnes trans et pour les personnes trans, l’association a pour objectifs de combler le manque en réseau d’auto-support trans et lutter contre la transphobie à tous les niveaux (social, professionnel, institutionnel). OUTrans anime notamment un un réseau de soutien entre personnes trans à travers des fils de discussions et des groupes de parole. Elle édite également des brochures sur les transidentités informant sur les parcours mais aussi – et surtout – comblant le vide en matière de santé sexuelle à destination des personnes trans. Enfin, l’association se consacre à la formation et la sensibilisation de structures aux transidentités pour un meilleur accueil des personnes trans.

Wassla

Association loi 1901 depuis 2021, Wassla (arabe : وصلة, le lien ou la liaison) est un groupe d’autosupport, par et pour les personnes queer issues des mondes arabes et arabophones (région Swana).

L’initiative est née en juin 2020, lors du rassemblement organisé à Paris à la mémoire de la militante queer égyptienne Sarah Hegazi. Elle a pour mission d’assurer un espace sécurisé d’expression, partage et solidarité pour les membres de la communauté résidant en France. Une attention particulière est portée aux personnes primo-arrivantes et aux personnes exilées, demandeuses d’asiles et bénéficiaires de la protection internationale.

Wassla propose un programme de soutien et de solidarité à destination des membres de communautés les plus vulnérables (conseils et orientations sur le plan administratif, social, juridique et professionnel). Depuis 2023, l’association organise tous les mois un après-midi Wassla Café (moments de convivialité autour d’une activité, permanence d’accueil). Son deuxième temps fort mensuel est Wassla Ciné Queer, un cycle de projections de films consacré à la promotion de cinéastes queer issu·es de la région SWANA.

XY Média

Le premier média transféministe audiovisuel en France, fondé par des femmes trans.

Sa mission est de promouvoir le discours transféministe dans l’espace médiatique et donner une plus grande plateforme médiatique aux associations trans. L’équipe est constituée des personnes trans qui travaillent dans l’audiovisuel, sont journalistes ou sont militant·es dans le milieu associatif.